ACCUEIL--C'EST QUOI--DEMARCHE--COLLOQUES--REPERTOIRE -DOCUMENTS- EVENEMENTS


tYT0gn9WTUO0dQax+fWn1g_thumb_11

DEMARCHE ONTOLOGIQUE
Au risque d'être soi



Ce qu'on appelle l'abandon corporel a déjà une longue histoire. Une recherche sur le toucher, initiée par un groupe de psychothérapeutes du Québec au début des années 1970, avait comme projet de pousser plus loin la compréhension de l'être humain, en étant centré spécifiquement sur le corps.

L'accent, progressivement placé sur un mode de toucher qui se voulait simple présence à l'autre, favorisa l'émergence de ce que l'on croyait alors n'être qu'une expérience corporelle d'origine involontaire ; d'où les mots pour décrire cette expérience ; s'abandonner à son corps... l'abandon corporel.

La fidélité à ce niveau d'expérience, par un nombre croissant de personnes du Québec et d'ailleurs, a fait découvrir qu'il s'agissait d'un accès à plus que le corps au sens habituel du terme, mais plutôt à toute la réalité humaine en chacun de nous. S'abandonner à soi-même, faire de la place à tout son être unique et spécifique dans cette position intérieure de n'adhérer à aucune compréhension à priori, donne accès à un nouveau champ de recherche spécifiquement humaine. Cette recherche ne part d'aucun modèle à reproduire, n'évite rien de soi, n'a aucun projet de changement ou de guérison ; elle vise seulement le projet d'être.

L'abandon corporel est une position de recherche de l'humain sur l'humanité.


ACCUEIL--C'EST QUOI--DEMARCHE--COLLOQUES--REPERTOIRE -DOCUMENTS- EVENEMENTS